Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 16:15

Qui a eu la bonne idée d'aller voir Toy boy ? Pas moi. Qui a eu la mauvaise idée d’accepter l’invitation d’y aller? ma pomme. Toy boy, c'est typiquement le film que je n'ai pas envie de voir, et pourtant j'y vais, par la seule grâce de son comédien principal : Ashton Kutcher... (Oui, oui… la jolie gueule d’américain moyen connu pour être Monsieur Demi Moore qui raconte sa life et montre son cul en temps réel sur Twitter…).
Toy boy, de David Mackenzie, c’est l'histoire de Nikky, séducteur débarqué à L.A. pour y mener la belle vie, grosso modo en s'y faisant entretenir par des femmes, friquées si possible, extrêmement friquées de préférence. Après s’être joué d’une très riche avocate tombée amoureuse de lui, il va, comme pour les autres, l’abandonner comme un déchet pour la remplacer par une petite garce tout juste post pubère…

La suite des aventures de Nikky va révéler que c’est à son tour de se faire avoir, à travers une sorte de « parcours initiatique » pour ce jeune homme sans scrupule. Dis comme ça, ça a l’air con. Et en effet, c’est con. Ni drôle, ni émouvant, paré d’une mauvaise morale à deux balles, le film ne vaut que pour Kutcher. Mais attention, à condition d’être sensible à ses charmes, car Kutcher comédien, c’est pas possible : quand il est mécontent il fronce les sourcils, quand il est triste il a les yeux dans le vague, quand il réfléchit il lève plus ou moins les yeux vers le ciel. Et c’est bien là toute sa seule panoplie de comédien, c’est un peu court.

Court comme ses vêtements qui eux, laissent entrevoir le seul intérêt du film, la plastique assez phénoménale du beau gosse, à condition d’y être sensible.. Où on le voit à poil tout le film.

La démarche lascive, en maillot de bain au bord d’une piscine qui surplombe L.A. (oui, tous les clichés y sont), déambulant fesses à l’air sous un tablier, ou allongé fesses qui dépassent du pantalon pendant qu’il culbute Madame; tout est bon dans l’poisson, et pour le vendre, il faut bien le mettre en valeur sur l’étale. Et c’est bien à ça que sert le film : pas à mettre en valeur les talents de comédie du petit Ashton, mais sa plastique à rendre vert de jalousie le premier Ribery venu. Si on ajoute que tout cela est filmé comme un long clip, ce qui, au bout d’une heure commence à fatiguer les yeux, que l’avocate est jouée par Anne Heche, refaite de fond en comble, afin qu’elle ressemble à une Paris Hilton de 35 ans, et que le sémillant jeune homme est coproducteur du film, on se sera fait une petite idée de ce que peuvent être ces 90 minutes de « cinéma » : du néant intersidéral dans une enveloppe esthétiquement conforme aux normes imposées du moment. Ashton Kutcher, quoi.

 

 

toutes images copyright MK2 Diffusion

Partager cet article

Repost 0
Published by V@lmito - dans cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de V@lmito
  • Le blog de V@lmito
  • : 36.15 j'raconte ma life.com, mais surtout j'écris des conneries, je parle de ciné, de foot, de zique, de bogoss, et aussi d'Anthony Mounier.
  • Contact

Recherche

Catégories