Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 20:08

melancholia.jpg16h00, on se retrouve à l'appart' pour déjeuner et faire un point sur les films de mercredi. Tout émoustillés par le Kaurismaki, on squatte l'appartement en se disant PAUSE, on profite de récupérer, joyeux, et on retourne au Palais pour voir TATSUMI, le nouveau film d'Eric Khoo (My magic), son premier film d'animation, adaptation d'un célèbre manga autobiographique de Yoshihiro Tatsumi. On arrive très en avance car Un certain regard est assez inaccessible cette année si on n'a pas d'invits, c'est notre cas. On commence la queue à 21h, pour une projo à 22h. La séance précédente a pris du retard, à 22h15 on nous dit qu'on est à 45 minutes de queue.... On abandonne, et on se dit: direction appart', balcon, rosé, clopes. Passage chez un rebeu de la gare et on remonte avec Thé, G., Fab et Agathe... On se finit gentiement, en attendant la journée de demain, spéciale Sélection Officielle. Couchés tôt, on espère être frais pour Melancholia le nouveau Lars Von Trier.

 

Si l'affaire DSK squatte les journeaux nationaux et les conversations Cannoises, ici, sur la Croisette, on a aussi notre feuilleton: Sami Nacery est à Cannes et se fait remarquer. Dans la queue de la fête du Malick que j'ai abandonnée, il s'est frité avec les videurs, puis des flics. Plus tôt, il s'était embrouillé aussi avec des agents de sécurité, plus des histoires avec son hôtel, il finira au poste... A 7h45, dans la grande salle Lumière, on fait la revue de presse en attendant que démarre à 8h30 Mélancholia. 8h30 pétantes, sonne l'ouverture de Tristan et Iseult de Wagner, sur des images de planètes dans l'espace. La terre, et une autre planète: une planète bleue: Melancholia...

 

melancholia2

 

Quelques minutes d'espace nous plongent dans une athmosphère à la 2001. Puis des plans fixes, des tableaux, plutôt, à la limite du surréalisme: des personnages figés, implantés dans la nature. Choc. Fascination. Hypnotisation. Puis démarre le premier chapitre: Justine (Kristen Dust... beurk...). C'est la mariée, qui arrive à sa soirée de mariage avec deux heures de retard, mais surtout qui transporte un spleen qui lui coupe tout sourire ou tout enthousiasme pendant cette fête. On croit voir arriver un scandale à la Festen, mais non, c'est encore plus fort : cette fille est triste, dépressive, et fuit son mariage malgré les obligations, poursuivie par sa soeur Claire (Charlotte Gainsbourg), qui veut tout contrôler et lui inculquer un bonheur factice, logique en ce jour de fête. Mais c'est aussi un jour de catastrophe, où la planète Mélancholia, la planète bleue, va frôler la planète terre...

En fait de Festen, c'est encore plus trash, ce mariage: un dégoupillage en règle de l'institution, une explosion des conventions  et des classes, il faut forcer cette Justine à être heureuse ou tout du moins paraître heureuse, en ce jour qui coûte si cher, et qui doit être le plus beau jour de sa vie... Las, elle se renferme sur elle-même, et plonge dans une dépression profonde. Chapitre 2 : sa soeur: Claire (Charlotte Gainsbourg).

 

1304923969_2560x1600_melancholia-wedding-wallpaper.jpgLe mari de Claire, richissime, a accueilli et financé la mariage dans sa résidence avec golf 18 trous. Il est un scientifique spécialiste de l'espace. Ses calculs, son expérience, lui ont permis de prévoir que Melancholia de touchera pas la terre, mais la frolera, puis s'échappera dans l'espace. Mais finalement Melancholia rode et Claire perd le contrôle.. A son tour, Justine tentera d'aider sa soeur afin de lutter contre sa panique irrationnelle....

Melancholia arrive à point nommé... Après Antichrist, Lars Von Trier reprend la même esthétique pour livrer le film le plus visuellement beau que j'ai pu voir depuis une éternité. Et proposer une relecture du film catastrophe, installant la catastrophe comme décor de bouleversements intimes, l'impression d'être dans le Rencontre du 3ème type des années 2000, et dans l'introspection Freudienne  de deux soeurs et de leur relation. A la sortie, je reste bouche bée, fasciné par la beauté de ce que je viens de voir et anéanti par le portrait de ces deux soeurs. LVT revient en force, avec une oeuvre majeure, débarassée de ses provocations immatures, portant un discours sur l'intime et "l'ensemble" à cette aube du XXIème siècle, à la veille de 2012... Les deux comédiennes irradient chacune à leur tour et dans leur style. LVT m'a encore tuer...

la-conquete.jpg

 

Je dois enchaîner, avec La conquête, le tant attendu film de Durringer sur la conquête du pouvoir par Sarko. Comme prévu et déjà vu, les comédiens sont saississants. A la fois dans les attitudes mymétiques qui nous lachent à la gueule des politiciens et hauts fonctionnaires plus vrais que nature, mais surtout par la véracité des faits qui y sont rapportés. Mais c'est là aussi sa propre limite : si on s'intéresse à la politique, qu'on lit régulièrement le Canard enchaîné, Le monde ou un hebdo, on n'apprend rien. Mais pour le néophyte, celui qui regarde la politique de loin, ça devient une comédie truculente sur le milieu politicien. Au niveau ciné ça vaut pas grand chose, mais au moins il y a du contenu et quelques scène hilarantes. Dont une, sans le vouloir: Sarko, en pleine période de séparation d'avec Céciaila, drague une journaliste, et lui confit discrètement "vous savez, les hommes politiques sont des bêtes de sexe". Là, l'amphithéatre Lumière explose de rire, mais sans que le film ne l'ai voulu. Spéciale dédicace à DSK...

Partager cet article

Repost 0
Published by V@lmito - dans Cannes 2011
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de V@lmito
  • Le blog de V@lmito
  • : 36.15 j'raconte ma life.com, mais surtout j'écris des conneries, je parle de ciné, de foot, de zique, de bogoss, et aussi d'Anthony Mounier.
  • Contact

Recherche

Catégories